Foire aux questions

OPAGA est-il libre de droits ?

Non, la notion « libre de droits » n’a aucun sens d’un point de vue juridique. Cette expression est souvent utilisée à tort pour désigner un usage prétendument libre, mais souvent contre paiement d’un droit d’accès.

OPAGA est diffusé sous la licence libre Affero GPLv3. Cette licence expose des règles relatives à la liberté des utilisateurs et des développeurs. Elle ne concerne pas l’utilisation commerciale qui peut être faite du logiciel.

En quoi consiste la licence Affero GPLv3 ?

La licence Affero GPLv3 inclut les règles de la licence GPLv3 souvent utilisées pour couvrir les droits d’auteurs de logiciels libres :

Mais interdiction de changer la licence ce qui aurait pour but de limiter les libertés auxquelles vous avez droit vous-même : vous ne pouvez pas fermer le logiciel. L’idée étant que tout le monde ait les mêmes droits tout le temps, développeurs comme simples utilisateurs.

L’Affero GPLv3 ajoute une contrainte adaptée aux logiciels utilisables en ligne : si vous apportez des modifications à OPAGA sur une instance que vous utilisez en ligne, vous avez le devoir de reverser vos modifications à l’auteur. Cela pour encourager la mise en commun des ressources.

Puis-je utiliser OPAGA en ligne ?

Oui, OPAGA se présente sous la forme d’une extension pour WordPress, logiciel libre de gestion de contenu en ligne (à l’origine conçu pour créer des blogs, mais depuis ses possibilités se sont largement étendues). Vous devez donc l’utiliser au travers d’un site conçu avec WordPress.

Combien de personnes peuvent l’utiliser en même temps ?

OPAGA n’impose aucune limite.

Combien de sessions, de clients, de stagiaires puis-je gérer ?

OPAGA n’impose aucune limite.

Comment installer OPAGA ?

Vous avez tout ce qu’il faut sur ce site pour trouver et télécharger OPAGA. L’installation se fait comme pour n’importe quelle extension WordPress, hormis le fait qu’elle n’est pas disponible via le moteur de recherche de WordPress. Il faut donc récupérer l’archive et la déposer via la page Extensions de votre WordPress.

Pour l’instant je ne propose pas de documentation sur l’installation. À chacun de se débrouiller ou de me contacter. Cela peut donner l’air d’une limitation entravant votre liberté. Pour moi c’est surtout un moyen d’engager le contact qui pourrait abonder le financement. Mais en vérité, si vous êtes un peu curieux, vous pouvez très bien vous débrouiller.

OPAGA est-il gratuit ?

Non, la licence Affero GPLv3 ne précise rien concernant le coût d’OPAGA.

OPAGA peut être obtenu gratuitement, son utilisation ne nécessite aucun paiement à l’auteur.

Cependant, OPAGA ne saurait être gratuit, il a un coût de production, de fabrication non négligeable (vous trouverez un aperçu du budget et de sa progression en bas de chaque page). En finançant OPAGA à la hauteur de vos moyens et de l’intérêt que vous lui portez vous financez le travail du développeur (et possiblement d’autres développeurs et contributeurs sur d’autres aspects).

Puis-je vendre du service autour d’OPAGA ?

Oui, la licence Affero GPLv3 permet cela. Seule contrainte, si vous apportez des modifications au logiciel, vous devez reverser le code source au pot commun pour en faire bénéficier tous les utilisateurs.

L’auteur ne peut rien exiger de vous si vous faites des bénéfices en respectant la licence.

Pourquoi contribuer financièrement à OPAGA si je peux l’avoir gratuitement ?

Depuis 2017 le développement d’OPAGA a nécessité beaucoup de temps (conception, veille sur la formation, programmation, expérimentation en situation réelle, ajustements) et a reçu peu de financement, ce qui fait que la part de bénévolat reste très importante.

Financer aujourd’hui OPAGA c’est :

Combien coûte OPAGA ?

OPAGA coûte ce que vous estimez qu’il soit juste d’investir dedans. Le concept de prix libre est certainement déroutant pour beaucoup, particulièrement dans le monde professionnel. Mais c’est une réflexion intéressante, ne trouvez-vous pas ?

Quelques pistes peuvent vous aider à estimer un prix :

OPAGA est-il finalisé ?

Non, il reste encore pas mal de choses à développer ou consolider. Dans les actualités vous trouverez l’état d’avancée des travaux. La documentation donne également un aperçu des fonctionnalités.

Toutefois, il est déjà utilisable et même utilisé, même si certaines actions doivent encore être faites à la main en dehors d’OPAGA. Mais le gain de temps est déjà conséquent par rapport à une gestion sans logiciel dédié (avec des tableurs par exemple).

OPAGA est le fruit du travail d’un unique développeur pour qui les fonctionnalités du logiciel et leur accès au plus grand nombre sont prioritaires par rapport à la recherche de financement.

Est-il plus prudent d’attendre qu’OPAGA soit finalisé pour le financer ?

Tout dépend du point de vue.

Si vous êtes intéressé pour utiliser un logiciel pour gérer votre organisme de formation, il est compréhensible que vous souhaitiez payer pour un produit abouti. Si vous ne pouvez avoir confiance qu’en un produit fini, alors il vaut mieux vous diriger vers une offre concurrente et payer un abonnement à leur plateforme.

Du point de vue du développeur c’est pendant le développement qu’il y a besoin de financement. Le risque d’attendre est qu’OPAGA ne soit jamais finalisé, car le bénévolat a ses limites.

À la différence de beaucoup de produits concurrents, OPAGA résulte du travail d’un entrepreneur-salarié qui n’a ni la possibilité de contracter un emprunt pour payer une équipe, ni même la possibilité d’embaucher cette équipe pour un développement rapide et mise sur un retour sur investissement rapide en vendant de l’abonnement.

Avec OPAGA vous disposez d’une base solide dont le temps de développement a été financé par d’autres activités (formation) et par quelques entreprises intéressées qui sont convaincues du potentiel et ont apporté un soutien (voir le bandeau Soutiens en bas de page).

À vous de choisir la démarche vous souhaitez soutenir.

Un logiciel développé par une seule personne, est-ce bien sérieux ?

Impossible de répondre catégoriquement à cette question, mais voici quelques éléments qui permettront de vous faire une idée :

Mais l’auteur n’est ni commercial, ni communiquant, donc ces aspects laissent à désirer (toute aide est bienvenue). Gérer à la fois le développement de nouvelles fonctions, la correction des bugs, les tests, la documentation, la promotion (ce site et réseaux sociaux), les démonstrations représente, en effet, beaucoup de travail pour une seule personne et l’auteur s’excuse pour les réponses tardives voire oubliées.

Que se passe-t-il si l’auteur initial abandonne OPAGA ?

Ce risque existe forcément, mais il est à relativiser.

Le code source d’OPAGA étant public et placé sous licence libre, n’importe qui peut (et a le droit) le reprendre et poursuivre le développement (voir En quoi consiste la licence Affero GPLv3 ?). À l’inverse, si l’éditeur d’un logiciel disponible uniquement en ligne (modèle SAAS) décide d’arrêter le développement (par choix stratégique, par manque de financement, par fermeture de la société), l’accès à ce logiciel disparaît ainsi que les données que vous lui avez confiées.

La licence d’OPAGA et le fait qu’il soit disponible publiquement contribuent à sa pérennité.

Outre les aspects technico-légaux, il y a lieu de se poser la question de la motivation de l’auteur. Un abandon n’est jamais impossible, mais, vu le temps et l’énergie engagés depuis 2017 la probabilité de tout laisser tomber est assez faible. Cela impliquerait de laisser tomber également l’activité de formation.

En revanche, un financement sécurisant permettra de ne pas ralentir (voire d’accélérer) le développement. En effet, en l’absence de financement suffisant, l’auteur est obligé de concentrer son énergie sur d’autres activités pour assurer son chiffre d’affaires.

OPAGA peut-il produire le BPF ?

Oui.

Chaque organisme de formation disposant d’un numéro de déclaration d’activité doit fournir chaque année un BPF (bilan pédagogique et financier) à la Dreets (anciennement appelée Direccte).

Ce bilan permet de faire ressortir :

Toutes ces informations sont saisies dans OPAGA via les différents formulaires (session, client, stagiaire) à votre disposition lorsque vous gérez une session de formation. Enregistrées dans la base de données elles sont ensuite compilées selon la classification attendue par la Dreets.

OPAGA propose également des outils de vérification et correction rapide des informations manquantes ou erronées. Vous pouvez également suivre ce bilan en cours d’année pour apporter des corrections sans attendre le dernier moment.

Enfin, l’auteur s’informe chaque année des changements apportés par l’État au BPF.

OPAGA permet-il d’adopter la démarche qualité indispensable à la certification Qualiopi ?

Dans l’ensemble oui, même s’il reste des aspects à améliorer.

Le but étant d’apporter facilement les preuves au moment de l’audit, mais surtout de faciliter le plus possible cette démarche au quotidien. Car si l’audit permet d’acquérir la certification, la démarche qualité en continu vous permettra de la conserver.

OPAGA permet-il de créer devis et factures ?

Non et ce n’est pas prévu.

OPAGA n’est pas un logiciel de gestion-comptabilité et ne le sera pas.

Il existe d’ailleurs plusieurs logiciels libres pour gérer ces aspects (Dolibarr, Odoo, Endi) et il sera toujours possible de créer des passerelles avec OPAGA (via une API par exemple).

En revanche, vous pouvez déposer dans OPAGA vos devis et factures si vous souhaitez rassembler tous les documents en un même lieu.

OPAGA permet-il de faire du e-learning ?

Non et ce n’est pas prévu.

Le e-learning ou formation à distance nécessite une plateforme pédagogique, dite LMS (learning management system).

Il existe plusieurs logiciels libres pour accomplir ces tâches. Les plus connus sont Moodle, Dokeos, Chamilo et Claroline. Vous pouvez les installer sur l’hébergement de votre choix.

Il est possible de créer des passerelles entre OPAGA et ces plateformes, cela peut faire l’objet d’un développement (après étude de faisabilité).

Pour l’instant OPAGA propose une fonction d’export au format CSV : si votre LMS permet l’import de stagiaires via un fichier CSV (c’est le cas de Moodle), vous pouvez les sélectionner dans OPAGA pour leur créer un compte rapidement sur votre LMS.

Comment se passe l’adoption d’OPAGA dans une CAE où chaque formateur est plus ou moins autonome ?

Les coopératives d’activité et d’emploi (CAE) sont des Scop où les coopérateurs sont entrepreneurs-salariés-associés et développent chacun leur propre activité, tout en étant salariés de l’entreprise. C’est la coopérative qui est organisme de formation et porte la responsabilité de son bon fonctionnement.

Il n’est pas toujours évident d’accompagner correctement les coopérateurs souhaitant animer de la formation, surtout si cela ne constituent pour eux qu’une activité annexe. De plus, tous, loin s’en faut, ne sont pas sensibilisés aux démarches administratives liées à la formation professionnelle et le risque est grand que tout ne soit pas fait dans les règles.

OPAGA a été conçu à l’origine pour la CAE Artefacts qui a depuis abandonné la formation. Aujourd’hui il est déployé dans les CAE Coopaname et Optéos. Il est donc particulièrement adapté à ce contexte difficile. Chaque formateur a la possibilité de gérer ses formations, programmer ses sessions, créer les documents nécessaires. Un responsable de formation doit toutefois veiller à la bonne gestion et valider les documents.

Conscient de cette difficulté à adopter un énième logiciel administratif l’auteur a adopté une démarche pédagogique, dans OPAGA, à destination des personnes qui ne seraient pas toujours au fait de toutes informations à connaître pour animer de la formation professionnelle. OPAGA est donc truffé d’icônes d’aide ouvrant chacune une fenêtre donnant des détails précieux. Cerise sur le gâteau, chaque organisme de formation peut modifier les textes d’aide pour les adapter à ses particularités.

Est-il possible de signer électroniquement les documents administratifs ?

Non.

La signature électronique manuscrite consiste à insérer une image d’une signature manuscrite dans un document PDF (pour le cas qui nous concerne avec OPAGA où tous les documents créés sont au format PDF).

Pour avoir une valeur juridique il faut en outre insérer un certificat remis par un organisme de certification. Cela se fait par un logiciel fourni par ledit organisme. Ces logiciels ne sont pas libres et sont soumis à paiement d’un abonnement annuel.

Offrir cette possibilité dans OPAGA aurait eu pour inconvénient :

D’autre part ce genre de logiciel tant à se démocratiser en entreprise et cette fonctionnalité dans OPAGA aurait probablement été un doublon.

Enfin, il est toujours possible de signer à l’ancienne : imprimer le document, le signer à la main, le scanner et le déposer sur OPAGA. Un document scanné a une valeur juridique tant qu’existe l’original.

Mise à jour juillet 2021 : ayant repéré LibreSign, j’ai ajouté à ma liste de tâche l’analyse de ce logiciel libre de signature électronique. toute aide ou conseil sera le bienvenu.

Objectifs de budget pour 2021

5375 €
Minimum 15000 €
Moyen 20000 €
Idéal 30000 €

Budget global et financement depuis 2017

11870 €
86691 €

En toute transparence voici le budget. À noter que sur une facture de formation à OPAGA, je compte la moitié du montant comme contribution à OPAGA. Le budget global évolue en fonction des avancées. Il se base sur une estimation du temps passé, probablement en-dessous de la réalité, mais c'est la vie…

Mise à jour du budget : 29 septembre 2021

Soutiens

Anciens soutiens

Liens

Réseaux sociaux